Camille Jacqueline (doctorantE)

Camille JacquelineCamille Jacqueline est doctorante à l’Université Montpellier 2, au sein de l’UMR MIVEGEC, sous la direction de F. Thomas et B. Roche. Elle a suivi une solide formation en écologie et évolution des maladies transmissibles. Au cours de son parcours, elle a abordé des problématiques de co-évolution hôte-parasite dans le cadre de maladies transmissibles d’importance comme la maladie de Lyme et le paludisme. Elle rejoint aujourd’hui le CREEC dans le cadre d’une thèse à l’interface entre l’immuno-écologie et l’évolution des processus cancéreux. En s’appuyant sur une approche couplant analyse de données, modélisation théorique et études expérimentales (modèle Drosophile), l’objectif principal de cette thèse sera de comprendre les rôles des pathogènes dans le developement des cancers.
e-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Tazzio Tissot (doctorant)

Tazzio TissotTazzio Tissot est doctorant à l'Université Montpellier 2, au sein de l'UMR MIVEGEC. Agrégé de sciences de la vie et de la terre, il a suivi une formation en écologie comportementale et en sciences cognitives, et a une expérience de modélisation mathématique. Au cours de son parcours, il a abordé des problématiques relatives à l'évolution des interactions, telles que la multicellularité chez les microorganismes ou l'émergence du sens moral dans l'espèce humaine. Il rejoint le CREEC en septembre 2014 pour démarrer une thèse en biologie évolutive sous la direction de F. Thomas et B. Roche. Ses objectifs sont d'étudier de manière théorique les interactions mises en jeu par le cancer (1) au niveau cellulaire et génétique (2) et au niveau des organismes et des communautés.
e-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Audrey Arnal (post-doctorante)

Audrey ArnalAudrey Arnal est post-doctorante au CNRS. Suite à ses travaux sur la circulation, à large échelle, d’agents pathogènes dans des populations d’oiseaux sauvages en contact étroit avec l’Homme, elle a obtenu un doctorat de biologie en 2012.
Depuis le début de sa thèse elle a publié et collaboré à 7 publications parues dans des journaux internationaux tel que Critical Reviews in Microbiology, Proceedings of the Royal Society B, PloS One ou encore Vector-Borne and Zoonotic Diseases.
e-mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Cindy Gidoin (post-doc)

CindyGidoinCindy Gidoin est post-doctorante à l’IRD au sein de l’UMR MIVEGEC. L’objectif central de ses recherches est de comprendre les mécanismes écologiques et évolutifs influençant la dynamique et la génétique des populations et leur adaptation aux changements environnementaux. A travers des approches théoriques et empiriques, Cindy mène des recherches pluridisciplinaires faisant intervenir des données, des concepts théoriques et des modèles mathématiques avancés. Au sein du CREEC, elle développe un modèle permettant de tester les hypothèses sous-tendant le concept d’écologie des organes.  Elle a publié 6 articles parus dans des journaux internationaux tels que Journal of Animal Ecology, Molecular Ecology, Plos One.
e-mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Ils sont venus au CREEC :

Léa Pradier (alors étudiante en Licence à l’université Pierre et Marie Curie (Paris VI) s’intéressant aux interactions hôte-parasites et la médecine évolutionniste) a réalisé un stage d’été au CREEC (Juillet et aout 2014), sur l’évolution des résistances naturelles au cancer.

Alexandre Suire (alors étudiant en master 1 d’écologie, de biodiversité et d’évolution à l’université de Pierre et Marie Curie (Paris VI) intéressé par la médecine darwinienne ainsi que l'approche évolutionniste et écologique sur la lutte contre le cancer) a réalisé un stage au sein du CREEC sur l’impact des processus oncogéniques dans le fonctionnement des écosystèmes, notamment sur la compétition et la sélection sexuelle.

Hugo Ducasse. Il possède une formation en écologie fonctionnelle, des communautés et évolutive. Après s’être intéressé au cours de son master aux interactions parasites-hôtes-environnements et plus particulièrement à la manipulation parasitaire, il démarre en octobre 2013 sous la direction de F. Thomas et B. Roche, une thèse en biologie évolutive sur le cancer. Celle-ci s’inscrit dans le projet de recherche du CREEC portant sur les résistances/vulnérabilités naturelles au cancer. Ses objectifs sont (1) d’établir une base de données sur l’incidence et la diversité des cancers au sein de la faune sauvage en utilisant des données issues de parcs zoologiques, (2) de comprendre l’influence de l’écologie des espèces sur l’évolution des résistances naturelles au cancer et (3) d’étudier l’existence d’un paradoxe de Peto au niveau intra-spécifique entre les organes de grandes et de petites tailles ?