L'accumulation d'allèles oncogéniques de gènes liés au cancer (proto-oncogènes et gènes suppresseurs de tumeurs) dans des cellules de l'organisme est un processus à la base de la carcinogenèse. Ces allèles ont une double origine : certains apparaissent par mutagenèse somatique au cours des mitoses des cellules souches (allèles acquis), d'autres sont transmis d'une génération à l'autre par la lignée germinale (allèles hérités). La persistence des allèles oncogéniques hérités dans les populations pose problème du point de vue de la sélection naturelle. En effet, ces allèles augmentent la probabilité de développer un cancer, et diminuent donc la survie et la fécondité des individus qui les portent. Ils devraient donc être éliminés au cours des générations. Par des approches théoriques, nous testons des hypothèses basées sur la diminution des effets de ces allèles délétères, qui autoriseraient leur maintien au sein des populations.